L’INTERNAUTE – LE FILM 15: la réponse de TRACIP à la première question enfonçait encore plus les Ripoux

Par Yves Dumas,

La première question avait pour but d’identifier si la, photo qui valait à l’Internaute d’être en correctionnelle avait été retrouvée par le gendarme Moulay. En d’autres termes l’Internaute voulait savoir si la preuve qui soutenait l’accusation avait été retrouvée alors que lui clamait qu’il avait détruit l’image immédiatement.

Enoncé  :  M.  G  a  été  détecté  dans  la  nuit  du  6 au  7  juin  2006  (1  heure 55)  pour  « avoir  diffusé  une  image  mettant  en scène  une  mineure  dans  une  pose pornographique.  Cette  image  est  décrite  comme  suit : « New !Pedo 9 Yo Tori 01 Lsm Kdquality Childlover Pthc Kidzilla 19.jpg ». Est-ce  que  cette  image  a  été retrouvée par  l’expert  de la  gendarmerie,  en d’autres  termes  se  trouve  t’elle  sur  le  CD que  je vous  ai  remis  ?  L’accusation  initiale  de  « diffusion » est devenue « …commis  ou tenté  de  commettre  l’infraction  de  détention  d’une  image… »  !

Après une recherche sur le nom des « fichiers », la réponse de TRACIP était claire et simple:

Nous  n’avons  pas  trouvé  de  fichier  portant  ce nom  sur le  CD

Après la magouille de Samoyault, Demichel et Moulay sur la date de gravure du CD ROM la suspicion de malveillance devenait de plus en plus crédible. La prévention première (captation d’une image) était inexistante.

L’Internaute attendait toujours avec impatience le second rapport Moulay. La date de la deuxième comparution en correctionnelle s’approchait encore plus.

Il n’oubliait pas que Samoyault et Moulay étaient qualifiés de « Technicien de l’informatique ». Qu’en aurait-il été s’ils n’avaient été que simple gardien de la paix et simple gendarme ?

ANNEXE: TRACIP question 1


Comments are Closed