L’INTERNAUTE – LE FILM 16: vive les vacances judicaires mais les Ripoux du commissariat de Tours pointent leurs nez

Par Yves Dumas

Il avait raison l’avocat de l’Internaute; profitant des vacances judiciaires le TGI ne ferait suivre le second rapport Moulay qu’à la dernière minute pour un jugement en correctionnelle prévu pour début septembre.

Avec en main le rapport TRACIP qu’il avait commandé l’Internaute savourait ces derniers instants.

Si le 15 juin 2007 comme date de gravure du CD ROM des preuves était apparu comme tombé du ciel et plus précisément de la plume du Juge Michaud, la date réelle du 28 juin 2007 sortait directement de l’analyse de la copie du CDROM. Ou était donc l’objet pendant ces 13 jours ?

A cela s’était ajouté le fait que TRACIP n’avait pas trouvé l’image qui valait à L’Internaute de passer en « deuxième semaine » en correctionnelle.

Et bien il y avait mieux encore. L’emprunte digitale de la foutue photo, la MD5 de l’image, ne figurait pas parmi dans la liste des MD5 retrouvées sur le listing de TRACIP.

L’Internaute trouvait là trois bonnes raisons qui confirmaient que les policiers (Samoyault et Demichel) et l’Adjoint (Cruz) avaient manipulés les preuves, consciemment ou par complicité.

Qu’en était-il de Moulay et du juge Michaud ?

La réponse allait dépendre du contenu du second rapport Moulay.


Comments are Closed