Mesdames et Messieurs les magistrats doit-on vous dire ce que vous devez faire ?

Ministère de  la JuticePar Michel Engelmann

Suite au jugement de Draguignan qui a relaxé le gendarme qui a tué de sept balles un gitan menotté un autre gendarme va comparaitre devant la justice pour « coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Dans la nuit du 16-17 juillet 2010 un jeune gitan de 22 ans recherché pour un vol de 20 euros, avait été tué par balle lors d’un contrôle dans des circonstances controversées à Thésée-la-Romaine, au terme d’une course-poursuite après un premier contrôle.

L’affaire en soit n’est pas exceptionnelle puisque, pour un motif quoique bien différent, des gendarmes peuvent rendre compte de leurs actes devant la justice, même s’ils peuvent être relaxé pour avoir «  agi conformément à ce qui (leur) a été enseigné ».

Là où l’affaire du Loir-et-Cher prend une tournure différente de celle de Draguignan c’est par l’annonce faite par le Ministre de l’Intérieur à savoir : « Je tiens à manifester publiquement mon soutien moral et matériel à ce militaire aujourd’hui dans l’épreuve, à sa famille ainsi qu’à ses 97.000 camarades de la gendarmerie nationale ».

Que veut donc nous dire Monsieur le Ministre ? Doit-on prendre son « soutien moral et matériel » comme une garantie que quoi qui se passe le brave gendarme a son présent et aura son avenir assuré ? Doit-on comprendre que Monsieur le Ministre prend cet engagement en regardant les 97000 autres gendarmes et sa famille à témoin ?

Ou bien doit-on comprendre que Monsieur le Ministre indique clairement que là aussi le gendarme «  agi conformément à ce qui (lui) a été enseigné ».

Gageons que la hiérarchie sera sur place et que les juges se sentiront à libre d’exercer la Justice !

Monsieur le Ministre vous a mis en mauvaise posture Mesdames et Messieurs les Juges

Comments are Closed