Parole de secrétaire : ce n’est pas une politique sécuritaire, mais de sécurité que nous parle le président !

Ministère de  la JuticePar Michel Engelmann

Le secrétaire général de l’Elysée nous le dit : « Ce n’est pas une politique sécuritaire, mais de sécurité que le président fait ».

Cette remarque adorable de la part d’un ancien préfet et haut fonctionnaire vaudrait d’être regardée avec les yeux d’un énarque indépendant mais surtout d’un bon dictionnaire.

Que lit-on :

Sécurité : État d’esprit confiant et tranquille qui résulte du sentiment, bien ou mal fondé, que l’on est à l’abri de tout danger. Synonymes : calme, confiance, quiétude, sérénité, tranquillité. Impression de sécurité; éprouver, goûter une parfaite sécurité; le besoin de sécurité est fondamental chez l’homme.

Sécuritaire : Conforme à la notion de sécurité publique. Idéologie sécuritaire. Ce mot est employé avec une connotation légèrement péjorative qui souligne le fait que la défense de la sécurité publique est susceptible d’engendrer des abus de pouvoir.

Comme on le voit la différence est ténue entre les deux mots et elle suffit pour nous faire comprendre ce que Monsieur le Secrétaire voulait certainement nous cacher : sécuritaire : Ce mot est employé avec une connotation légèrement péjorative qui souligne le fait que la défense de la sécurité publique est susceptible d’engendrer des abus de pouvoir.

Quels abus de pourvoir voudrait-on nous cacher ?

Une Loi anti-burqa clamée haut et fort pour narguer les foules, qui se termine par une Loi limitant le fait de cacher son visage dans l’espace public.

Des actions pointant les Roms alors que les termes du discours de Grenoble peuvent s’appliquer à toute personne en situation irrégulière sur le territoire nationale, en attendant de voir une nouvelle rédaction de la Loi !

Un projet condamnant à la déchéance nationale toute personne de nationalité française mais « d’origine étrangère » qui s’en prendra à un représentant de l’état créant ainsi une différence entre un mort représentant de l’état tué par un « français d’origine étrangère » et un autre tué par un français caucasien, en attendant que le débat s’ouvre !

Depuis maintenant 3 ans les exemples sont presque quotidiens.

Vous avez raison Monsieur le Secrétaire, la politique n’est pas seulement sécuritaire, les propos le sont surtout.


Comments are Closed