L’INTERNAUTE DE TOURS/ABUS DE FAIBLESSE : de nouvelles informations ?

Par Michel Engelmann

La publication du scénario est l’occasion de communiquer de nouveaux documents qui renforcent la démonstration des malversations réalisées par les policiers et soutenues par certains magistrats. A cette occasion d’autres noms seront dévoilés.

LR :    Nous avons pris connaissance du scénario soumis au producteur pour le projet de film. En comparant le texte avec celui des autres ouvrages nous avons notés que de nouvelles informations avaient été introduites. Pourquoi cela ?

YD :    le premier ouvrage (lien) était destiné à alerter le procureur Varin sur les malversations des policiers Samoyault et Demichel en relation avec l’affaire d’Un JAF au pied de la grue. Il n’y avait rien d’autre que le document, aucune plainte. C’est la raison pour laquelle les protagonistes étaient anonymes. On peut dire que l’objectif a été atteint car lui ou plus certainement son adjoint, le Procureur Cruz, a répondu de façon précise. C’est là le premier aveu de faiblesse.

Comment cela ?

Il sait de quoi il ressort à la lecture de sa réponse (lien). Il a bien identifié de qu’elle affaire il s’agissait et ceci d’autant plus qu’il sortait de la Reconnaissance Préalable de Culpabilité (avril 2008) au cours de laquelle il s’était entendu dire NON par L’Internaute.

Par la suite vous abandonnez l’anonymat. Pourquoi ?

Compte tenu de la réponse du « Procureur » et avec la réserve de ne pas insulter, donc de coller aux preuves, nous avons choisis de « pointer » les responsables de ces malversations (lien, lien).

Tant pour les policiers que pour les magistrats !

Bien entendu, pourquoi faire une différence, ils se sont tous impliqués de la même façon ?

Certains se sont impliqués et d’autres ont pu être abusés ?

Oui mais selon le principe du doute même les abusés sont coupables, certains même de lâchetés. Nous avons également eu des commentaires soit par courriels soit par les réseaux sociaux. Je reviendrais sur ces faits plus tard.

Dans aucun des deux ouvrages vous ne mentionnez le « coupable » central de ces deux affaires, celui qui a « manipulé » ses collègues policiers et le Procureur Cruz. Par contre dans le scénario il apparait. Pourquoi ?

Pour la cohérence du scénario nous ne pouvions pas le désigner sous le terme générique de IL. Nous avons donc utilisé le pseudonyme utilisé par les commandants Fessler et David lors de leur entretien téléphonique avec IL le 21 février 2006 (Un JAF au pied de la grue – Un criminel revient toujours sur le lieu de son crime p. 83 et suivantes). Il s’adressait à lui en disant :

  • Dis-moi un peu Gibet ..
  • Ok ça roule Gibet …

Par conséquent dans le scenario Il est naturellement devenu Gibet.

Et parmi les documents nouveaux que vous introduisez il y en a qui le concerne directement ?

Pour n’en citer qu’un aujourd’hui je parlerai de celui de l’Assurance Maladie en date du 23/01/2007. Il est symptomatique d’une volonté de nuire mais aussi d’utiliser sa fonction de policier pour agir de façon « illégale ». Il s’était présenté à l’Assurance Maladie en cours de procédure de divorce pour que le nom marital de son épouse ne figure plus sur la carte vitale de celle-ci. Sans la prévenir bien entendu. Et c’est en tant qu’officier de police qu’il agissait. Elle a eu toutes les difficultés possibles pour obtenir une attestation de confirmant que c’était bien Gibet qui était l’auteur de cette démarche « illégale » à ce moment ci.

Ce document n’a rien à voir directement avec l’affaire ?

C’est un des tout premiers de ce genre, nous réservons les autres pour le film.

Comments are Closed