L’INTERNAUTE DE TOURS-LE FILM 2: le 15 janvier 2008, un tournant dans le scénario

Par Yves Dumas

Les moments clés du script-2

Dans la convocation du 11 janvier les « ripoux » se dévoilaient.

L'Internaute de ToursSurprise pour l’Internaute. Ce n’est pas l’inconnu Thion qui le reçoit; c’est l’enquêteur Samoyault en personne.

Toute l’affaire était préparée à l’avance puisque le document remis porte le nom de Thion et non de la personne qui était « devant lui », Samoyault.

Le fameux Capitaine Yann Demichel dont le nom apparaissait pour la première fois sur la convocation du 11 était aux aguets, dans la pièce, la tête dans les archives. Il reprendra Samoyault.

Le signe le plus important de la malversation de nos « ripoux » est dans le libellé de la mise en cause dans la convocation qui est remise à l’Internaute:

Mise en cause pour le(s) fait(s) de Détention de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique.

Cette mise en cause était suivie plus loin par:

Pour avoir à Tours le 07/06/2006

Commis ou tenté de commettre l’infraction de détention de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique en l’espéce avoir téléchargées plus d’une centaine d’images pédopornographiques sur divers supports informatiques par internet.

Si l’Internaute ne connaissait pas le contenu réel de ses disques durs, Samoyault et Demichel savaient:

  • que la détention n’était pas démontrée car le gendarme Moulay n’avait pas même recherché l’image objet de la prévention du 07 juin 2006
  • que la captation faisait l’objet de la conclusion du Rapport d’Enquête Préliminaire signé par le commissaire Merlaut
  • que les fameuses « plus d’une centaine d’images pédopornographiques » étaient toutes datées de 8-9 mois après la saisie des disques durs chez l’Internaute

En lisant la convocation qui lui était remise ce 15 janvier il y a une seule chose que l’Internaute ignorait et qu’il voulait identifier: quel était le magistrat « véreux » qui était derrière toute cette affaire ?

Quel était le magistrat véreux qui avait pu cautionner qu’il avait

« … reconnu lors de ses précédentes auditions les faits qui lui sont reprochés« 

alors qu’il avait toujours clamé qu’il reconnaissait avoir capté cette image qu’il avait détruite immédiatement.

Le soit même il contactait un proche qui suivait son affaire et celle de UN JAF AU PIED DE LA GRUE.

Ils arrivaient à la conclusion que le fameux Procureur de la République qui était mentionné dans le courrier ne pouvait être que CRUZ, proche de GIBET lui même ami de Demichel.

Il devait attendre le 22 avril 2008 pour avoir cette confirmation dans lequel cas son affaire prendrait vraiment le caractère d’une « fripouillerie policière et judiciaire ».

C’est pour cette raison que cette journée du 15 janvier est véritablement un tournant crucial dans le scénario en attendant la confrontation avec le fameux procureur le 24 avril 2008.

 

Comments are Closed