L’INTERNAUTE – LE FILM 8 : le tournant qui prend les magistrats au dépourvu

Par Yves Dumas

Le 22 décembre 2008, 2 ans après sa première convocation l’Internaute comparait en correctionnelle.

Est-ce que l’humour a sa place dans la bouche d’un président de séance ?

Juge MICHAUDLe juge Michaud faisait le beau en répondant à l’avocat de l’Internaute qui lui signifiait qu’il interviendrait à l’audience sur un incident sur le fond:

Il doit s’agir certainement de contester certaines photos… il doit s’agir de discuter qu’il s’agit de photos d’adultes ou non, de collages, de retoutches ou encore qu’un ne voit pas distinctement le visage .

Est-ce qu’un procureur peut être intellectuellement absent pendant une audience ?

Le procureur Varin était surpris en flagrant délit d’absence mentale par le juge Michaud.

Deux ans, un juge qui faisait le beau, un procureur en « pré-Alzheimer », et Michaud qui demandait à Varin ce qu’il pensait de cette découverte car il venait juste de vérifier que toutes les images que le sachant Moulay attribuait à l’Internaute étaient datées de 8-9 mois après la saisie de disques durs à son domicile, alors que les objets du délit étaient entre les mains du gendarme et des policiers.

Ils étaient tous pris en flagrant délit de débarquer en audience sans même avoir pris connaissance du dossier.

Ce tournant marquant dans l’affaire était un véritable cadeau de Noël pour l’Internaute.

Un cadeau à la Cruz ?

L’Internaute attendait avec intérêt le jugement écrit du juge à l’humour noir.

A suivre: Le jugement du 22 décembre 2008

Comments are Closed