MÉDIATOR, ANALYSE DU RAPPORT IGAS: les trois coups et les deux premiers acteurs – Xavier Bertrand

Par Yves Dumas

Ministre de la Santé au moment où l’affaire Médiator éclate.

Jeune militant au RPR, il s’engage très tôt en politique.

En 1989, il n’est pas élu aux élections municipales à Saint-Quentin.

Il rebondit en 1992, lors de la campagne pour le non au traité de Maastricht. Il devient par la suite adjoint au maire de Saint-Quentin.

De 1987 à 1992 il est assistant parlementaire de Jacques Braconnier, sénateur de l’Aisne.

Il est élu député en juin 2002 dans la deuxième circonscription de l’Aisne.

En 2003, avec Alain Juppé président de l’UMP, il est chargé de mener le débat et d’expliquer la réforme des retraites. Il est ensuite choisi comme rapporteur du projet de loi à l’Assemblée nationale.

Pendant toute cette période il est membre du Club de la boussole qui regroupe les députés qui se revendiquent fidèles au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et au président de la République Jacques Chirac.

En 2004 il est nommé secrétaire d’État chargé de l’Assurance maladie, sous la responsabilité de son ministre de tutelle, Philippe Douste-Blazy. Il mène la réforme de l’Assurance maladie.

À la suite de la victoire du « non », Jean-Pierre Raffarin remet la démission de son gouvernement au président de la République et Jacques Chirac choisit Dominique de Villepin comme nouveau Premier ministre.

Xavier Bertrand remplace Philippe Douste-Blazy au poste de ministre de la Santé et des Solidarités. C’est son premier contact avec la Santé.

En novembre 2006 il apporte son soutien à Nicolas Sarkozy en vue de l’élection présidentielle.

En janvier 2007 il est nommé porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy.

Il quitte le gouvernement le 26 mars 2007, pour se consacrer pleinement à la campagne.

Le 18 mai 2007, il est nommé ministre du Travail, des Relations sociales et de la Solidarité dans le gouvernement François Fillon.

De retour au ministère du travail en juin 2007 il est chargé d’un important travail de réformes sociales comprenant notamment l’instauration du service minimum et la réforme des régimes spéciaux de retraite.

Lors de la formation du nouveau gouvernement, le 14 novembre 2010, il devient ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé. Il doit notamment gérer la polémique sur le Médiator.

Au moment où l’affaire Médiator éclate il est au sommet de sa carrière politique.

Il commandite un rapport à l’IGAS, en urgence, le 29 novembre 2010.


Comments are Closed