MÉDIATOR, ANALYSE DU RAPPORT IGAS: les trois coups et les deux premiers acteurs – Aquilino Morelle

Par Yves Dumas

Médecin puis énarque, Aquilino Morelle fut inspecteur à l’IGAS dans les années 90. C’est à ce titre qu’il fut l’inspecteur dans l’affaire du sang contaminé.

Connu comme une personne très engagée à gauche ce positionnement ne semble pas avoir été un problème pour son choix par le Ministre de la Santé, probablement compte tenu de l’aspect technique du travail qui lui était confié.

C’était, à cette époque, un ami proche de Manuel Vals, lui-même lié au patron d’Euro RSCG, Stéphane Fouks, (ils ont été ensemble dans le même syndicat étudiant), plume de Lionel Jospin, d’Arnaud Montebourg, de François Hollande.

Il a effectué un passage chez Euro RSCG où il y crée la branche santé.

Il ne cessait les allers retours entre public et privé.

Il briguait une investiture du Parti Socialiste dans une circonscription occupée par un député sortant âgé de plus de 67 ans (Tony Dreyfus à Paris ou encore dans le Pas-de-Calais), une disposition spécialement créée par Arnaud Montebourg pour son ancien directeur de campagne…

Victime d’insuccès aux législatives (2002, 2007), il rejoint l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales), son ancienne maison.

Le « Chef » de l’igas confie la « mission d’enquête et d’évaluation relative au Médiator et à la réforme de la pharmacovigilance » à Madame Anne-Carole Benszadon, Monsieur Etienne et Monsieur Aquilino Morelle, ce dernier se voyant confier la coordination de la mission.

En toute discrétion il travaille activement à la préparation de l’élection présidentielle de 2012.


Comments are Closed