QUI SOMMES NOUS

Opojus.com Dumas

est un journal francophone indépendant d’information numérique spécialisé dans le suivi des pratiques policières et judiciaires. Il se donne pour but de recueillir et d’analyser les faits relatifs aux actions des policiers et/ou des magistrats, faits qui sont soit publiés soit qui lui sont communiqués..

Il est né du constat que le débat qui a suivi l’affaire dite d’Outreau restera très vraisemblablement sans suite. Il s’enlise dans les querelles politiques, les débats d’idées voire pire encore les lutes corporatistes. Il s’enlise malgré les dénonciations répétées et les bonnes volontés manifestes et de tous bords.

Ce constat est aussi né de celui fait pas Victor Hugo dans les misérables qu’ « Il faut bien que la société regarde ces choses puisque c’est elle qui les fait ». Il faut bien que nous sachions ces choses qui se passent sous nos yeux, nous qui constituons la société, puisque ce sont ceux qui agissent en notre nom, au nom de la société (magistrats et policiers), qui commettent ces crimes contre les règles qu’ils doivent protéger et défendre en notre nom.

Il faut que nous sachions pour comprendre et si possible, un jour, agir.

Notre déclaration d’intention initiale figurera prochainement sur notre site.

A ce stade de notre publication nous envisageons de devenir un site collaboratif.

« opojus.com » est apolitique. Nous reconnaissons cependant que nos actions sont connexes au domaine « politique » mais nous nous refuserons à toute analyse et action partisane.

Nous nous engageons à analyser toute action de policiers ou de magistrats dans le but de comprendre le fonctionnement de ce qui est décrit souvent comme « la machine judiciaire ». Nous ne rapporterons que des faits, ne rechercherons que des preuves, n’effectuerons que les analyses de ceux-ci et ne rapporterons à nos lecteurs que le résultat de ces investigations :

  1. « cas publiés » : nous nous engageons à publier les références des documents que nous utilisons, que ces documents soient des articles de presse ou des ouvrages en librairie,
  2. « cas qui nous sont transmis et qui ne sont pas publics » : nous ne travaillons que sur un dossier complet, en toute confidentialité. Nous ne pouvons prendre en compte que les documents « contradictoires » c’est-à-dire que les documents délivrés par toutes les parties.

Nous souhaitons :

  1. faire prendre conscience à toutes les parties que des « protections » inutiles ne peuvent servir que  des comportements pervers,
  2. identifier la façon dont certains faits et certaines preuves sont manipulés pour faire prendre conscience aux hommes politiques qu’en tant que citoyen nous ne confondons pas policiers et Police et encore moins magistrats et Justice,
  3. soutenir le projet de modification de la composition du CSM pour que des non-magistrats puissent siéger et participer aux délibérations de ce comité,
  4. faire des propositions suite à nos investigations.Nous faisons nôtre cette définition de la Justice donnée par le procureur Maurel : « La Justice est un concept, un idéal, une vertu, une utopie, une philosophie. Elle ne peut à l’un ou l’autre de ces titres être sujette à des dysfonctionnements » *.A cette conclusion nous ajoutons que tout dysfonctionnement ne peut être dû qu’à une insuffisance de preuves où à une manipulation de celles-ci par les coupables ou pire encore par les policiers où par les magistrats.Nous savons que c’est un combat difficile et de longue haleine mais c’est à ce prix que nous soutenons le projet d’une « réelle démocratie » pour notre pays.

Le responsable coordinateur est Yves Dumas.

Les analyses et le suivi de l’actualité sont signés Maurice Gaston.

Les suivis spécifiques de certaines affaires sont signés Michel Engelmann.

 * Paroles de Procureur – Erick Maurel, édition Témoins, Gallimard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.